vendredi 2 mars 2018

Captive Prince, book 3 : Kings Rising - C.S. Pacat


Deux princes, une seule guerre.

La vérité a été révélée, et Damen, l’esclave du prince Laurent, doit faire place à Damianos, prince héritier d’Akielos, l’homme que Laurent a juré de tuer.
L’avenir de deux royaumes est en jeu. Cernés par l’armée de Kastor au sud et les forces du régent au nord, Damen et Laurent n’ont d’autre choix que s’allier pour reconquérir leurs trônes respectifs. Mais même si la fragile confiance qu’ils partagent résiste à la révélation de la véritable identité de Damen, celle-ci suffira-t-elle pour venir à bout de la dernière et plus impitoyable manigance du régent ?

La conclusion de cette saga tient toutes les promesses de ses premiers tomes. Ma chronique sera proablement plus courte que les autres car il est difficile d'en parler sans spoiler absolument tout. Alors que la confrontation décisive avec le Régent se précise, Damianos voit sa véritable identité révélée au grand jour, et tout ce que l'on avait vu se construire tout doucement depuis le premier tome est soudain remis en question.

Ce troisième tome a un côté frustrant (dans le bon sens) car, au fil des pages, on s'est attaché à Laurent et à Damen, mais aussi à Jord, Paschal, et tous les personnages qui les entourent, et avec la révélation de l'identité de Damen, un basculement s'opère dans les dynamiques qui s'étaient installées entre les personnages. On a le sentiment de repartir de zéro, avec cette fois l'impression que les personnages ne pourront pas surmonter une seconde fois les obstacles qui les séparent. D'autant que, si Damen a bien du mal à dissimuler ses conflits intérieurs, Laurent, quant à lui, garde toujours un contrôle presque maladif sur son corps comme sur ses émotions, ce qui rend comme toujours très difficile de savoir s'il est sincère ou s'il manipule simplement ses interlocuteurs avec beaucoup de virtuosité.

On est ici dans une ambiance similaire à celle du tome 2, toujours au milieu d'un camp militaire, où cette fois ci Damen et Laurent se retrouvent à commander sur un pied d'égalité. Avec l'arrivée, non négligeable, des troupes d'Akielos (témoignage de la capacité presque surréaliste de Laurent à anticiper les coups de l'adversaire) il s'agit ici de convaincre deux forces naguère ennemies de se battre côte à côte pour une même cause. Damen et Laurent doivent faire régner la discipline d'une main de fer pour réussir à tuer dans l'oeuf toute velléité de soulèvement. Le fait qu'il aient déjà la réputation d'être amants (ce qu'ils ne peuvent même plus honnêtement contester) ne les aide pas, dans la mesure où cela entame sérieusement la confiance des soldats (notamment Akielons) en leur jugement. Et leurs ennemis ne perdent évidemment pas une occasion de tourner ces failles à leur avantage.

Car, avec l'approche de la conclusion, le jeu d'échecs se complique. En plus de Laurent et du Régent, d'autres personnages se joignent à la partie, déroulent leur stratégie sur le plateau, chacun avec ses propres plans et ses propres raisons de vouloir remporter la victoire. Maintenant qu'il est établi que Damianos est vivant, le but n'est plus seulement de déjouer les plans du Régent, mais aussi de révéler au grand jour la traîtrise de Kastor et restaurer le roi légitime sur le trône d'Akielos. Ce qui évidemment ne facilite pas les choses.

Bref, difficile d'en dire plus sans gâcher la surprise car les retournements de situation sont légion. A chaque événement, le camp adverse semble avoir un coup d'avance sur l'autre, ce qui parfois est le cas, parfois non, et à plusieurs reprises, la situation de nos héros semble désespérée. La conclusion est haletante et très satisfaisante, de mon point de vue, et je pense que Laurent et Damen ne vont pas me quitter de si tôt. En dépit de quelques hauts et bas tout au long des trois tomes, le charisme des personnages et la manière virtuose dont l'intrigue est menée font de cette trilogie un vrai coup de coeur.

Un livre lu dans le cadre du challenge Coupe des Quatre Maisons



Aucun commentaire:

Publier un commentaire